:

Pendant la construction du canal de la Martinière,notre enfance au Pé de Buzay.

Similitude entre le canal de la Martinière et notre vie

 

Nous sommes  en 1876, encore au Pé de Buzay, mon père Pierre Alexis Gantier a 31 ans et est marié avec la fille du cultivateur chez qui il logeait à la ferme ,Julie Angélique Maisonneuve qui a quatre ans de plus que lui.

 Ils habitent tous ensemble à la ferme dans la Grande Rue du Pé de Buzay. Sans doute dans une grande pièce en terre battue avec une cheminée dans laquelle le feu ne s'éteint jamais , avec des maies, lits à rouleaux et des cloisons de séparation faites avec les armoires , la pendule, la table et les deux bancs.

p1020532.jpg

Mon frère Pierre a déjà 9 ans, c'est le futur grand-père de Marie-Madeleine, et ma soeur a cinq ans, c'est la future grand-mère de Jean Claude Garrec . Elle se mariera aussi avec un marinier Pierre Glotain né à quilly au Nord de la Loire . Notre père né le 2 Juillet 1845, fils de Rose Anne Letout, fille de marinier a été élevé par ses grands parents, orphelin très jeune, attiré par la rivière. il est déjà recensé comme mousse en 1859, puis patron marinier le 30 janvier 1873  sur la Marie Françoise . Son incorporation militaire dans la Royale est datée du 23 Décembre 1874 et il est déclaré impropre au " service dans le présent et dans l'avenir ", puis confirmé  hors service sur ordre ministériel du 9 Mars 1875 pour hernie inguinale très volumineuse descendue dans le scrotum côté droit. Huit années s'écoulent,aucune trace dans la batellerie. Puis il est déclaré au bornage comme patron sur le " Jeune Henri " à partir du 30 Avril 1883 jusqu'au 10 Juillet 1914 ..., peu après ma mort ... 

Je nais le 4 Juin 1878 pour complèter la famille,  "Grande Rue au Pé de Buzay " au Pellerin, à la ferme de Pierre Maisonneuve et de Julie Angélique sa femme ...Juste pour les foins et le début de l'été ... !!! On me prénomme  François, deuxième prénom habituel de la famille, car à l'époque on adore perpétuer les prénoms ce qui explique qu'il y a souvent des sobriquets ... Les risques de ce métier ... , la marine était un des premiers métiers à avoir une retraite ... devait inciter ces hommes à essayer par leurs prénoms identiques à ... se perpétuer d'une façon illusoire.

A cette époque, le " canal de Buzay "( le véritable Acheneau ) est creusé et passe sous le pont de Cheix, Messan, la Chaussée le Retz, le Pont Rouge, le Pont de Buzay, l'écluse de Buzay qui sont en construction . Une écluse en bois existe encore à Messan, dont l'habitation deviendra celle de " Pierre Beilvert ", un petit fils à" Pierre Gantier ", mon frère, le grand- père aussi de Marie-Madeleine . Ce canal remplace la partie du Tenu qui passait à Vue et Rouans trop étroit, et évacue directement les eaux du lac l'hiver . ( En 1950, il était courant de voir les marais  de Vue inondés jusqu'à la mi-Juin deux années sur trois ... ) . Mais en 1876, pas encore de " canal de la Martinière " ..., que des roselières, ... la Loire et ses îles s'envasent toujours ... Toutefois, je suis né l'année de la " déclaration d'utilité publique "  de la construction de ce canal éphémère si similaire à ma vie ... C'est déjà là que J.Simon VORUZ ayant été très impliqué dans son projet ... a croisé le destin de notre grand- père, puis plus tard en achetant le château de Briord à Port ST Père . Autre destin ... important ... pour nos destinées, nous, descendants directs : en 1881, non loin de là dans les marais de Buzay, aux Seuils, d'un deuxième mariage de Jean Baptiste Pavy (59 ans ) ... gardien d'îles de père en fils pour les moines de Buzay, et de Jeanne Rousseau ( 41 ans ) est née Marie Pavy qui influera sur le cours de ma vie et celle de toute la descendance ... Cela fera partie de la généalogie détaillée de la famille et non pas de cette batellerie de lourdes marchandises à transporter ...   

Mon frère Pierre a été à l'école, mais il a déjà 15 ans lorsque celle-ci devient obligatoire de 6 à 13 ans, le 28 Mars 1882.

Notre père, Pierre Alexis ( 37 ans ) handicapé semble avoir travaillé avec sa femme agricultrice jusqu'au moment ou mon frère Pierre ( à  15 ans ) peut lui être utile sur une gabare, il reprend donc du service  sur " le jeune Henri ", et ils  font les tireurs de sable en Loire et les mariniers sur l'Acheneau et le Tenu à partir du 30.4.1883 depuis le " port de la Martinière ". J'ai 4 ans et je suis dans les jupons de Julie Anne ma soeur de 11 ans et ma mère devenue Angélique sur les recensements ceci pour la compréhension sans doute . 

Ce canal si comparable à mon existence est en construction, il commence de chaque côté de chez nous, dans les roselières des Champs Neufs et à la Martinière . On fait encore des " courtines " de ces roseaux, le soir à la veillée dans les fermes surtout vers St Jean de Boiseau . Les deux Pierre père et fils, bien placés près des îles doivent souvent accoupler avec d'autres les gabares pour remonter ces javelles de roseaux et les foins pour l'hiver sur le Pellerin, au Pé de Buzay et à la Teignouse

88-frossay-port-de-la-roche-3.jpg

ce qui explique leur grande habileté pour monter ces échafaudages de foin très équilibrés...J'imagine la tête du cultivateur ayant tout ramassé bien sec et retrouvant son foin ou ses javelles à flotter en Loire ou sur le canal...

Mon grand-père maternel ( à 74 ans ) et ma grand-mère maternelle Maisonneuve sont morts dans leur ferme au Pé de Buzay . Trop jeune cela ne m'a pas marqué contrairement à mon père Pierre Alexis qui avait été élevé par eux.

Avec sa femme, ils décident d'acheter la maison dans la " Grande Rue à la Martinière ", (elle n'a pas d'étage à cette époque ) pour se rapprocher des chalands  et aussi de l'école par le chemin longeant les Chantiers de construction de bateaux .

la-martiniere-26-11-05-maison-nais-gdpere-6.jpgla-martiniere-26-11-05-maison-nais-gdpere-2.jpg

la-martiniere-26-11-05-maison-nais-gdpere-1.jpg

Je vais à l'école au Pellerin en empruntant le chemin des douaniers ,derrière le Bois-Tillac,la carrière à Judic, et le long les "chantiers des Coteaux" créés pour les travaux du canal de la Martinière. Ils perdureront jusqu'à l'époque de mes petits enfants ( 2010 ) .

29-la-martiniere-ancienne-douanes.jpg
24-07-2007-expo-coueron-8-1.jpg2010-11-15-ph-les-coteaux-le-pellerin-8.jpg

Ce chemin est propice à la rèverie , à l'évasion vers la Loire et la  mer avec la vie des chantiers de construction en contrebas... Le canal lui avance non sans mal...

06-06-07-devant-ancienne-douane-la-martiniere.jpg

 De 1883 à 1886,les fondations sous cloche à air comprimé sont creusées à la Martinière, les siphons des Champs Neufs aussi, la digue du Migron est réalisée. Trop jeune et trop éloigné, je n'en ai pas de souvenirs, mais je me rappelle bien à  8 ans des fondations et des maçonneries de l'écluse de la Martinière, de ce nombre de terrassiers et ouvriers grouillant partout...

Mon frère a vingt ans et part au Service Militaire dans la Royale pour 3 ans, mon père reste seul avec un commis, ma mère Julie Angélique est cultivatrice sur les terrains de ses parents, ma soeur apprend la couture et devient  " tailleuse".

Entretemps dans le monde, la "Statue de la Liberté " de Bartholdi a traversé l'Atlantique sur le bateau l'Isère (merci

wikipédia) et est montée et inaugurée à New-York le 28.10.1886...nous n'en avons jamais entendu parler.

p1000851-2.jpg

 

En 1885, est déposé le brevet du moteur à essence 4 temps qui changera totalemnt les moyens de locomotion et achèvera la " petite batellerie " après la machine à vapeur appliquée au Chemin de fer, aux bateaux, etc...

 En 1889,quelle année !!! Mon frère dans la Marine apprend que le 15 juillet 1889 le Service Militaire est ramené de 5 ans à 3 ans , ma soeur Julie est toujours couturière... Je viens d'avoir mon certificat d'étude à 11 ans. Est-ce une erreur ?, ou ai-je toujours voulu aller vite ? 

Le 30 Mars 1889 : Inauguration de la" tour Eiffel " (312.27 ml ).On l'a appris un peu plus tard,je crois...

En 1890, le tramway à air comprimé nantais que je ne me rappelle pas avoir vu à 12 ans est détrôné par le tramway  électrique à Clermont-Ferrand ( c'est où ? ), le 7 Janvier 1890.

Mon père Pierre, Alexis avait prévu le départ de mon frère Pierre au Service Militaire, car je suis inscrit comme mousse le 13 Octobre 1888 à l'Inscription Maritime sur le " Jeune Henri ",avant de passer mon " certif ". Je travaille donc de 1888 jusqu'au 19 Novembre 1894 avec mon père comme mousse, et ainsi j'apprends vite le métier. Mon frère Pierre revient du Service Militaire qu'il a terminé sur le  " Vengeur ", le 29 Aout 1893. Il a d'ailleurs fait une période d'un mois ,plus tard, lors de mon départ à Lorient en 1898.

Mon frère Pierre devient " patron " sur le  "Jeune François ", chaland en bois , contrôlé le 21 Aout 1895 pour 17.40ml de longueur 4.54 ml de largeur, jaugeant à vide 0.42 ml de profondeur et à plein 1.17 ml pour une capacité en charge de 45.00 tonnes...

 

Je navigue comme " novice " sur le " Jeune François " jusqu'au Service Militaire avec mon frère Pierre comme patron de 1894 à 1898. Entre-temps,notre père Pierre,Alexis a toujours utilisé " le Jeune Henri " avec un matelot de 1883 à Aout 1902 date à laquelle je suis revenu du Service Militaire . Tout se confirme ,le Tenu jusqu'en 1902 ne permettait que 1.20ml de passage en profondeur de Port Faissant à St Même le Tenu.

       Dès le 21 Aout 1902 , je repartais comme patron sur le " Jeune Henri ".