:

1.Jeune patron avec le commis du père

1-La Martinière,île en Loire,Messan

   Journal de bord subodoré et raconté, mais ce n'est pas une fiction .                

  Rentré au début du mois d'Aout 1902 du service militaire dans la Royale .

         Je vais attaquer ma vie de marinier a dit notre grand-père , et il l'a fait en nous laissant des traces de tous ses voyages sur la rivière et sur le fleuve . Lui, s'échinait à charger, transporter, décharger de la marchandise, à noter et à encaisser, son livre de comptes en est le témoin et si j'ai le courage qu'il a eu, je vous donne rendez-vous, le jour de son dernier voyage .... dans environ 500 petits épisodes ... Ce n'est pas demain la veille et pourtant ces quelques lignes pour ce qui représentait des " tonnes par kilomètre ",  à la force des bras et du vent, je crois que nous lui devons bien cela !                                                   

Dates. Chargé à Produits. Livré pour mr Lieu. Kms vide Kms pleins
26.08.1902 en loire Sable mr Bardy Port Messan 16 10
Quantités. Tonnage. Doit Francs. Règlé le . Délai en jours. Frais francs. Divers.
33 33 30 08.04.1903 222j 0 -Néant

    Le 26 Aout 1902, le premier voyage à mon compte, nous partons sur le " Jeune Henri " un matelot et moi . Nous nous échouons à marée basse sur un banc de sable, nous chargeons du sable dans le chaland, il est très humide et on utilise la pelle à eau par la " sentine " pour alléger le tout . La marée nous soulève et on profite de la voile pour prendre l'écluse des "Champs Neufs " avec la marée montante .

73-frossay-les-champs-neufs-1-2.jpg

Peu de différence entre hier et aujourd'hui, sauf que tout est envasé, colmaté, avec de la végétation partout ...

C'est l'endroit où nos parents mariniers ... entre 1892 et 1906 ou 1907 ...ont certainement passé beaucoup de temps en attente, en éclusage et manoeuvres en attendant les hauteurs de marées nécéssaires . Ils devaient tous bien connaitre les éclusiers et les écluses . La coutume étant d'écluser une bouteille à chaque passage parait - il ? ... Le " noah " après avoir coulé dans les veines des terrassiers lors des travaux  a aidé peut-être ces travailleurs de force à trouver la vie plus belle...

 Cet endroit désertique actuellement est difficile à imaginer avec toute cette activité.

Tout a été abandonné et le temps a fait le reste . Ce n'est que rouille sur toutes les ferrailles encore bien assemblée s avec la méthode de l'époque " Eiffel "  un rivet bien apparent tous les 25 cm .



72-frossay-les-champs-neufs-2.jpg

 Sans géner les clippers remorqués qui profitent eux aussi de la marée pour franchir le canal en une heure et demi environ, nous remontons les 3 à 4 kilomères jusqu'à Buzay . Lentement nous avons juste le temps de nous placer près de l'écluse qu'on passera demain matin, ce soir préparation du repas et on va dormir dans la " cabine ",  on se hâte avec lenteur c'est bien connu . Le lendemain, le vent nous aide un peu et on se dirige à la " bourde ", on passe le pont de Buzay, le pont rouge, les Rivières, le port de la Chaussée le retz, le pont, et on arrive à Messan

capture12.jpg

près du pont du même nom . Mise en place des planches d'accès à la berge pour les brouettes et le va et vient se fait pour ces 33 tonnes . Bien sûr, il a fallu faire prévenir monsieur Hardy et son commis, il faut des bras .  La journée est au bout, dès le lendemain matin  on  " évite " en déplaçant et en se servant des  "amarres " puis lentement, on repasse devant chez Letout à la Chaussée le Retz, pas de vent, on allonge à la bourde les 3.5 kms  et l'on repasse l'écluse des Champs Neufs .  

  Premier voyage rétribué  22 jours après le travail, cela prouve que l'on avait besoin de travailler, il va falloir mettre bon ordre à ces décalages, il faut bien vivre .